vendredi 21 août 2015

Question sur le devenir du site de l'ex lycée hôtelier Jean Quarré et sur la future médiathèque

En complément du message adressé le 6 août à F. Dagnaud, maire du 19ème, les Amis de la Place des Fêtes, ont adressé aujourd'hui la lettre ci-dessous à Anne Hidalgo, Maire de Paris :


Les Amis de la Place des Fêtes (association loi 1901)
MPDF 10, rue Augustin Thierry B55bis 75019 Paris
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                              Paris, le 21 août 2015

                                               A l’attention de Madame Anne Hidalgo, Maire de Paris

                                                Copie à :

            • M. Bruno Julliard, Premier Adjoint à la Maire de Paris
            • Monsieur François Dagnaud, Maire du 19ème
            • Monsieur Roger Madec, sénateur, ancien Maire du 19ème, Conseiller spécial auprès du Maire du 19ème
            • Madame Halima Jemni, Première Adjointe au Maire du 19ème, déléguée du Maire  auprès du Conseil de  Quartier Place des Fêtes
            •  Monsieur Jean-Christophe Cambadélis, député du 19ème arrondissement              
Madame la Maire,

L’association « Les Amis de la Place des Fêtes » est constituée d’habitants et d’usagers bénévoles du quartier Place des Fêtes, très attachés à leur quartier, motivés par l’amélioration des conditions de vie et de l’attractivité de la Place des Fêtes et de ses abords, afin de préserver et développer la mixité sociale et le dynamisme du quartier. Le quartier manque en effet d’équipements culturels et sportifs adaptés à sa forte densité de population et à sa fragilité sociale, et a besoin d’investissements ambitieux pour rattraper le retard accumulé par rapport aux arrondissements mieux dotés.

Nous nous sommes donc réjouis du projet de réaménagement de la Place des Fêtes et de ses abords et participons avec entrain à la démarche participative associée. Parallèlement, considérant que le réaménagement ne peut se limiter à la restructuration de la voirie, nous avons accueilli avec grand enthousiasme l’annonce par la mairie du 19ème (en janvier 2015) de l’installation, dans les années qui viennent, d’une médiathèque dans l’emprise de l’ex-lycée Jean Quarré, votée dans le cadre du  projet d’investissements de la mandature 2014-2020. Cette médiathèque, profitable à tous, est très attendue par les habitants.

Cependant, suite à la récente occupation de l’ex-lycée par des migrants, nous nous permettons de réagir avec force aux propos que M. Bruno Julliard, 1er adjoint, a tenus dans les médias sur la décision de transformer dès maintenant l’ex-lycée en centre d’hébergement d’accueil temporaire pour migrants («Temporaire, c'est-à-dire pendant quelques années, en tous cas moins de dix ans» (1)), sans un mot sur le quartier environnant, ses problèmes et ses attentes, ni sur les conséquences sur la vie et l’avenir du quartier, et sans engagement ferme sur le projet de médiathèque et son calendrier concret.

Nous sommes conscients et solidaires de la situation dramatique des migrants et du besoin de solutions d’hébergement dignes et sécurisées à Paris. Nous sommes dans le même temps très surpris de l’absence totale de prise en considération de la pérennisation d’une situation d’occupation en complète contradiction avec le calendrier de réalisation de la future médiathèque. Une réponse temporaire (de quelques jours ou quelques semaines au maximum) pour faire face à l’urgence est une chose. La pérennisation dans des locaux manifestement inadaptés qui nécessitent des travaux en est une autre.

Pour mémoire, des propositions d’occupations temporaires du site par des activités associatives pour et par les habitants du quartier ont été refusées sous prétexte de présence d’amiante et/ou de coût exorbitant (voir débats du Conseil de Paris du 28 mai 2015) et en raison de la présence, dans le premier étage (en bon état) de l’ex-lycée Jean Quarré, de la classe relais du collège Guillaume Budé voisin, dont l’entrée est en vis-à-vis direct de celle de l’ex-lycée.

Des parents d’élèves de ce collège ont d’ailleurs fait part de leurs interrogations et de leurs inquiétudes par rapport à l’installation de ce centre d’hébergement d’urgence. L’équilibre du collège Guillaume Budé, intégré en REP après une longue mobilisation des parents et de la communauté enseignante, est fragile en dépit de leurs efforts persistants et méritants pour pallier sa faible attractivité. Quelles réponses entendez-vous apporter à ces légitimes questions dans un quartier déjà en proie à des difficultés socio-économiques avérées, dont une grande partie  a été récemment classée en « politique de la ville »?

Dans les médias est évoquée, à juste titre, la nécessité de l’effort de solidarité des territoires envers les migrants. Dans le quartier Place des Fêtes, il convient de rappeler que, sur le site même de l’ex-lycée Jean Quarré, les anciens logements de la direction et du gardien ont déjà été transformés en logements d’insertion pour des personnes sans domicile fixe gérés par l’association Aurore. De plus, à moins de cinq cents mètres de l’ex-lycée a déjà été implanté récemment (2012) le Centre d’Hébergement d’Urgence Mouzaïa de l’Armée du Salut pour les personnes en situation précaire, dans un gros ensemble immobilier désaffecté suite au départ de services administratifs dépendant du ministère du travail et de l’emploi.

Le quartier Place des Fêtes contribue déjà fortement à la solidarité envers les plus démunis, sans avoir pu, ces dernières années, bénéficier d’investissements d’ampleur pour impulser une nouvelle dynamique positive dont le quartier, avec ses 20 000 habitants, a grand besoin. L’effort partagé et nécessaire de solidarité envers les migrants à Paris ne doit-il pas d’abord être partagé entre les arrondissements, à commencer par des secteurs moins peuplés et plus riches de la capitale ?

Dans ces conditions les électrices et électeurs du quartier se sentent extrêmement bafoués et attendent des réponses claires et précises aux enjeux les concernant sur le site emblématique de l’ex-lycée Jean Quarré(2). Cela fait déjà 9 ans que le lycée hôtelier a quitté le site, sans que des équipements nécessaires au quartier n’aient vu le jour. Nous ne pouvons donc plus nous contenter de vagues promesses et voulons des engagements fermes avec un calendrier prévisionnel sur la réalisation de la médiathèque (date d’étude concrète du projet, date de début des travaux, date de mise en service). Il s’agit du respect des engagements votés par le conseil de Paris et de la crédibilité de la parole politique.

Dans l’attente de vos réponses à nos questions, nous vous prions de croire, Madame la Maire, à notre considération distinguée.



               Jean-Claude Convert, président                    Monique Gaspérini, vice-présidente

________________________________________________________________________________


(2)  acquis par la ville auprès de la région au terme de quatre années  de procédure et qui va se trouver selon la presse "remis" prochainement à l'Etat, avant même que la médiathèque promise aux 20 000 habitants du quartier ne voie le jour. Par ailleurs, l’annexe du lycée située rue du Docteur Potain n’a toujours pas vu se concrétiser la promesse de réalisation d’un équipement sportif, qui manque cruellement au quartier, alors qu’il a été inscrit au PLU depuis 2006.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire