jeudi 13 février 2014

Pour un projet ambitieux et de qualité impliquant les habitants



Ce document synthétise nos principales propositions et attentes vis-à-vis du réaménagement :


PROJET DE REAMENAGEMENT
DE LA PLACE DES FETES

PROPOSITIONS DES AMIS DE LA PLACE DES FETES
« pour un projet ambitieux et de qualité impliquant les habitants" 

La Place des Fêtes dispose de nombreux atouts, ainsi que l’a montré l’enquête réalisée en 2012 par le Conseil de quartier : une bonnedesserte par les transports en commun (15 mn en métro du centre de Paris), l’attrait et le rayonnement de son marché, un square très apprécié, une intégration plutôt bien assumée de la diversité de ses habitants.
En revanche elle souffre de plusieurs handicaps :
Le quartier de la Place des Fêtes dégage souvent une image négative aux yeux de ceux qui ne la connaissent pas ou mal, sans doute à cause des amalgames simplistes généralement associés aux grands ensembles (tours, densité, insécurité, pauvreté, …). La rénovation urbaine des années 50 à 70 a abouti ici à la création d’une forte densité résidentielle (2 fois la moyenne parisienne), aboutissant à une trop grande mono-fonctionnalité.
Le quartier ne dispose pas, malgré la création il y a quelques années du centre d’animation, des équipements sportifs et culturels à la hauteur d’une ville de plus de 15 000 habitants qui résident sur son territoire. La place, physiquement tournée sur elle-même, est insuffisamment reliée aux  quartiers environnants.
Les aménagements vétustes et dégradés, le manque d’entretien (pyramide, panneaux de signalisation, …), la paupérisation de certaines zones commerciales, ainsi que le renoncement des pouvoirs publics à faire respecter la zone « piétonne » donnent l’impression d’un aménagement du « pauvre ».

Favoriser de nouveaux usages
L’étude sur le réaménagement de la Place des Fêtes doit s’inscrire dans un périmètre plus large. Il faut réfléchir d’ores et déjà à une programmation pour le foncier en friche dans le quartier, riche potentiel d’espaces et de bâtiments (ancien lycée hôtelier Jean Quarré, annexe de la rue du Dr Potain, local de l’ancien garage « Speedy » et anciens immeubles de la Direction du Travail rue de Mouzaïa,…).
Lutter contre la mono-fonctionnalité, c’est tout d’abord répondre aux besoins des habitants du quartier et pallier les insuffisances et les manques avérés, par un cadre de vie rénové et doté des équipements publics en rapport avec les 15 000 habitants du quartier : médiathèque, équipements sportifs, espaces culturels et associatifs (agrandissement et/ou relocalisation de l’actuelle Maison de la Place des Fêtes).
C’est également introduire de nouveaux usages, sources d’emplois et d’activités. 13 % seulement des personnes interrogées lors du questionnaire de 2012 considèrent la place comme lieu de promenade, de rencontre et de détente. La question du travail et de l’emploin’est quant à elle, pas même abordée dans ce questionnaire: pourquoi ne pas implanter ici une pépinière d’entreprises, un espace de co-working, de l’habitat participatif, un Fab lab., un Repair Café, une ferme urbaine, une nouvelle maison pour les associations plus adaptée aux besoins, …). Il est par ailleurs souhaitable de renforcer, diversifier et revaloriser la fonction commerciale, de favoriser l’implantation de cafés avec des terrasses ensoleillées.
Il s’agit également de donner envie de venir sur cette place ou d’y « monter », en proposant par exemple des événements festifs et culturels de qualité attractifs à l’échelle de la ville (Nuit blanche, jardin temporaire, cinéma en plein air, …).
Il nous semble enfin important de mettre en place des utilisations provisoires (conventions temporaires) du foncier en friche avant et pendant les travaux.

Ouvrir la Place sur son quartier et sur la ville
Les infrastructures en pied d’immeubles, le square et les grandes jardinières face au Monoprix encerclent le vaste espace libre central laissant seulement quelques points d’accès étroits et peu qualitatifs. Cet effet d’isolement est renforcé par la présence de l’anneau routier ceinturant la place. Il nous semble important de connecter et ouvrir la place sur son environnement proche :
-          Assurer une meilleure visibilité de la place: liaison avec la rue de Belleville, relations avec le 20ème arrondissement au-delà de cette rue ;
-          Assurer la liaison vers le boulevard des maréchaux et le tramway ;
-          Réaliser des pistes cyclables sécurisées pour la traversée et le contournement de la place ;
-          Assurer une circulation « douce » autour de l’anneau : par la limitation des voies ouvertes à la circulation  (notamment devant Monoprix), envisager la limitation de la circulation sur tout ou partie de l’anneau ;
-          Redonner au cœur de la place un caractère piétonnier permanent et le faire respecter;
-          Favoriser des centralités sur la place ;
-          Travailler la signalétique.

Embellir la place par des aménagements durables, innovants et de qualité
Les premiers ateliers participatifs et des initiatives citoyennes ont souligné la vétusté et la dégradation et ont donné lieu à de nombreuses contributions. Revaloriser et embellir les aménagements de voirie(cf. les propositions rassemblées lors des promenades et sur nos cartes de post-it), et penser le mobilier urbain (avec ou sans « œuvres d’art », …) pour que la place soit un lieu de rencontre agréable intergénérationnelle (bancs, transats, parasols, …) et de jeux (jeux d’eau, ping-pong, boulodrome, ...), sans oublier les ados (skate, vélo, …),  constituent pour nous une priorité. Soigner la qualité et la durabilité des matériaux est le gage de réussite du projet.
Pour répondre aux critiques souvent répétées portant sur l’aspect trop minéral du cœur de place, il convient de penser la végétalisation du quartier dans un écosystème plus large, en assurant la continuité avec les parcs des Buttes Chaumont et de la Butte du Chapeau Rouge, des jardins des villas de la Mouzaïa et de Danube, des ruches du Centre d’animation, des différents jardins partagés existant, … ; et de favoriser la création de nouveaux jardins partagés, de terrasses végétalisées, de murs végétaux, des éoliennes urbaines, adaptées à l’identité du quartier et à ses spécificités.

Une ambition forte pour la place
Le quartier de la Place des Fêtes a été emblématique des politiques de la ville des années 50 à 70 qui ont procédé à la démolition de centres anciens, au nom de l’hygiène, puis à la production massive de logements selon des normes nouvelles et les préceptes de l’urbanisme moderne.
L’association des Amis de la Place des Fêtes souhaite que le projet de réaménagement de cette place et de ses abords soit aujourd’hui en cohérence avec les politiques urbaines contemporaines (ville durable, transition énergétique), et fondé sur les potentiels du lieu (Topographique, typologique, morphologique sociales…)
Elle espère que le processus engagé par la municipalité,  permettra de tirer avantage de la forme urbaine et de développer un programme ambitieux et de qualité susceptible d’assurer la revalorisation de l’image de notre quartier et d’impulser une dynamique d’avenir audacieuse.
L’association des Amis de la place des Fêtes s’engage avec un esprit constructif dans le processus participatif  et souhaite que le niveau d’engagement de la mairie sur les aménagements envisagés soit à la hauteur des besoins et des attentes des  habitants, et que le projet devienne une priorité et une réalité concrète sans tarder. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire